CHRIS KUTSCHERA 40 ANS DE REPORTAGE (Textes et Photos)

www.Chris-Kutschera.com


IRAK: Saddam Hussein: Nous ne voulons pas annexer le Koweit, mais....

Sommaire

AFRIQUE

AMERIQUE

ASIE

EUROPE

FRANCE

KURDISTAN

MOYEN-ORIENT

ARCHIVES PHOTOS

 

Galerie Photos

jeune fille devant miroir

20 ans en Iran

Portrait de Gilles Perrault

Gilles Perrault

Ocalan en 1993

A.Ocalan

ruelle de Ghardaia

Mzab, Algérie

 

Livre Noir

Mvt Kurde

 

Mvt turc

Saddam Hussain et le ChahEn mai 1975, quelques semaines après l’accord d’Alger (6 mars 1975), Saddam Hussain, alors vice président irakien, fait un voyage officiel en Iran pour sceller une réconciliation marquée, selon un des rares diplomates arabes dans le secret de l’accord d’Alger, par le désir réciproque d”empêcher les pays du Golfe Persique de devenir des pions dans le jeu des rivalités des Super-Grands”.

Au cours d’une conférence de presse restreinte à un très petit nombre de journalistes, à l’issue de son voyage en Iran, Saddam Hussain, entouré de son ministre des affaires étrangères et de son ministre de l’intérieur, a longuement évoqué l’accord d’Alger, sa signification, ses répercussions, ainsi que les principaux problèmes du monde arabe. Extraits:

Définissant l’accord entre l’Iran et l’Irak comme un “accord de bon voisinage et de non ingérence dans leurs affaires internes” et comme un “accord de non agression”, le vice président Saddam Hussain commence par souligner que l’accord d’Alger n’est “pas un accord tactique, pas une manoeuvre politique comme les autres”.

Le Chah embrassant Saddam HussainEt de déclarer aussitôt -- et sans doute est-ce un avertissement à peine voilé destiné à tous ceux qui, en Iran, pourraient être tentés de jouer au plus fin -- que c’est “un accord sérieux, avec lequel il ne faut pas jouer... Les promesses que nous avons faites à Alger sont absolues, pour chaque lettre de l’accord, pour chaque étape des nouvelles relations irano-irakiennes... Ces promesses doivent être des promesses d’homme”.

Les trois dimensions de l'accord d'Alger

Pour Saddam Hussain, l’accord d’Alger a une triple dimension:

- une dimension bilatérale: il s’agit de rétablir la “confiance” entre deux peuples que tout devrait rapprocher, et en particulier leurs “relations historiques et religieuses”.

- une dimension régionale: “Quand il y a un problème entre nous et l’Iran, cela se répercute dans tout le Golfe” (hôte du Chah d’Iran, Saddam Hussain s’abstient de dire Golfe “arabe” , mais il ne va pas jusqu’à dire “persique”...) “et réciproquement, la solution de ce problème ne peut qu’être bénéfique pour toute la région du Golfe”.

- une dimension internationale: il ne fait pas de doute pour lui que “l’impérialisme américain, après avoir été chassé de l’Asie du Sud-Est, va chercher une région vitale pour ses intérêts, où peser de tout son poids... Et nous croyons que la région du Golfe est une de ces régions candidates”.

Faisant allusion à l’exploitation par certains pays de la révolte kurde et des rivalités irano-irakiennes dans le reste du Golfe persique, Saddam Hussain ajoute: “Lorsqu’il y a des failles dans les relations entre deux pays, l’impérialisme essaie d’en profiter pour créer des problèmes, et c’est dans ce contexte que l’accord irano-irakien prend son sens international”.

Mais avant de se livrer au jeu des questions et réponses, Saddam Hussain précise clairement que “quel que soit notre désir de résoudre tous les problèmes de la région du Golfe, il ne peut être question de remettre en cause les principes fondamentaux de notre politique, tels qu’ils se concrétisent dans notre politique étrangère et dans la construction du socialisme en Irak”.

Un pacte de sécurité collective?

Q: Croyez-vous que l'accord entre l'Iran et l'Irak puisse aboutir à une politique de coopration dans le Golfe? Peut-on envisager un pacte de sécurité collective?

Saddam Hussein: J'ai déjà dit que l'accord entre l'Iran et l'Irak se répercute nécessairement d'une manière objective dans la région du Golfe... Mais à propos du contrôle de la sécurité dans la région, nous ne sommes pas les seuls concernés... L'essentiel, c'est l'accord des pays de la région, et la solution des problèmes régionaux sans laisserintervenir des gens qui les compliquent, sans laisser des pays étrangers s'immiscer dns nos affaires internes".

Q: Etes-vous favorable à une rencontre au sommet des dirigeants du Golfe?

Saddam Hussein: Nous sommes favorables à tout effort de compéhension qui respecte la souveraineté de chacun et le principe de non ingérence dans les affaires des Etats de la région. Et certainement, plus le niveau des rencontres est élevé, plus les possibiltés de compréhension sont grandes".

Q: Où en sont les travaux de la commission sur la sécurité des frontières de l'accord d'Alger?

Saddam Hussein: Les travaux de cette commission avancent encore plus vite qu'il ne l'était prévu sur le papier!

Le problème kurde

Q: Prolongerez-vous l'amnistie pour les réfugiés kurdes qui sont encore en Iran? La solution de la question kurde comprend-elle le retour de Mulla Mustafa Barzani en Irak?

Saddam Hussein: Nous serons flexibles aussi longtemps que possible. Mais en ce qui concerne Barzani... Quatre personnes seulement n'ont pas la permission de rentrer en Irak: le (général) Barzani, ses deux fils Idris et Massoud, et Mohammed Khaled Barzani. Ce n'est pas que nous ayons peur de ces gens-là, mais ils ont commis tant de crimes que nous voulons les priver des eaux du Tigre et de l'Euphrate, et de l'air frais de l'Irak.

Les autres, quels qu'ils soient, quels que soient leurs crimes, nous ne retenons rien contre eux - ce qui ne préjuge pas des crimes qu'ils pourraient commettre dans le futur.

Q: On dit que c'est la solution du problème kurde qui a poussé le régime syrien à faire éclater la crise avec l'Irak et à retenir les eaux de l'Euphrate?

Saddam Hussein: Il ne m'appartient pas de répondre des intentions du régime syrien... Qu'est-ce qui ennuie les responsables syriens? Le fait que nous ayons liquidé l'insurection kurde? Si les dirigeants syriens sont ennuyés parce que nous avons liquidé la ''poche sécessioniste'' kurde, ça nous est égal. Mais s'ils sont ennuyés pour d'autres raisons, nous sommes prêts à discuter avec eux, où ils veulent, quand ils le veulent.

Q: Pensez-vous que la Ligue Arabe puisse résoudre le problème entre l'Irak et la Syrie?

Saddam Hussein: La position de la Syrie dans la question des eaux de l'Euphrate est incompréhensible du point de vue régional, du point de vue arabe, et du point de vue humain. C'est tout simplement une position inhumaine... Il n'est pas normal que les Arabes se taisent devant cette situation. Nous sommes donc persuadés que la Ligue Arabe, lorsqu'elle aura compris la position de la Syrie, remettra les choses dns leur cadre normal.

Les relations avec le Koweit

Q: L’accord avec L’Iran est-il le prélude à un accord avec le Koweit?

Saddam Hussain: “Chacun sait que notre gouvernement a hérité du problème suivant: personne ne peut dire avec certitude quelles sont les frontières entre nos deux Etats voisins... La position du gouvernement irakien est claire: nous voulons que les frontières (entre les pays arabes) disparaissent. Malgré cela, nous avons décidé de délimiter les frontières entre nos deux pays”.

“Il ne faut pas que nos frères koweitiens craignent quoi que ce soit. Nous ne voulons inquiéter personne, et nous n’avons aucunement l’intention de les annexer. Il faut que tout le monde sache que nous ne voulons pas étendre le domaine irakien... Cependant, nous voulons étendre la “golfité” de l’Irak (le caractère de l’Irak en tant que puissance du Golfe), de telle sorte que notre pays puisse se défendre et défendre tous les autres pays du Golfe contre toute agression étrangère”.

Et Saddam Hussain de révéler que “lorsque nous avons conclu l’accord d’Alger avec l’Iran, nous avons prévenu l’émir Al Sabah de Koweit, pour qu’il sache qu’après la solution du conflit avec l’Iran, nous n’allions pas nous tourner contre eux. L’accord n’était dirigé contre aucun pays arabe, et au contraire, il était de l’intérêt de tous les pays arabes.  Jusqu’à maintenant, nous n’avons pas réussi à convaincre nos frère koweitiens du bien fondé de nos positions. Toute médiation arabe, quelle qu’elle soit, est la bienvenue. Si un jour l’Irak et le Koweit ne forment qu’une seule partie de la région arabe, cela serait bien sûr de l’intérêt de l’Irak, mais aussi du Koweit, et également de toutes les autres parties de la grande nation arabe”.

“Nous ne deviendrons jamais si puissants que nous puissions tourner notre dos à quelque ami que ce soit... Nous voulons dire également que nous pouvons entretenir des relations avec tous les régimes arabes, même si ces régimes n’ont pas les mêmes orientations que nous. Le plus petit émirat, s’il nous invite, nous accepterons son invitation avec joie.

Palestine: Pour le retour aux frontières de 1948

Q: Pouvez-vous rappeler quels sont selon vous les principaux points d’un règlement de la question palestinienne?

S.H: La position irakienne est claire: le problème palestinien n’est pas le problème des terres occupées par Israel après la guerre de 1967 -- le problème est l’existence même d’Israel. Si aujourd’hui certains pays demandent le retour d’Israel à ses frontières de 1967,  alors pourquoi la guerre de 1973 a-t-elle été faite? Alors pourquoi la guerre de 1967 a-t-elle été faite? Alors pourquoi la guerre de 1948 a-t-elle été faite? C’est totalement illogique... Notre position est que nous ne voulons pas qu’Israel reste ni dans ses frontières actuelles, ni dans celles de 1967, mais qu’il retourne à celles de 1948.

(Inédit, Téhéran, mai 1975)

postmaster@chris-kutschera.com


Droits de Reproduction strictement réservés © Chris Kutschera 2013

ENGLISH

 

 

 

AFRICA-ASIA

EUROPE

KURDISTAN

MIDDLE-EAST

 

 

 

Habitant des marais dirigeant une pirogue

Marais d'Irak

 

Jeune acteur du Tazyé

Tazié, Iran

 

Chasse à courre, France

 

Général Barzani

Général Barzani

 

couv 40

 

Defi Kurde

 

Defi persan