CHRIS KUTSCHERA 40 ANS DE REPORTAGE (Textes et Photos)

www.Chris-Kutschera.com


KURDISTAN IRAK: Démantèlement d'un Réseau terroriste kurde

Sommaire

AFRIQUE

AMERIQUE

ASIE

EUROPE

FRANCE

KURDISTAN

MOYEN-ORIENT

ARCHIVES PHOTOS

 

Galerie Photos

 

Dernière photo d'Ocalan libre, Rome 3 janvier 1999

Abdoulla Ocalan, Rome 1999

Portrait of Ghassemlou

A.R.Ghassemlou

 

Hasankeyf

 

Nemo

 

Le Mouvement National Kurde

Kurdistan, Guide Littéraire

Défi Kurde en Flamand

couv 40

 

Douane d'Ibrahim KhalilL’histoire est à peine croyable, mais c’est Hosan, un gamin kurde de 15 ans, à l’air frêle et naïf, plutôt mollasson, qui a permis de démanteler un important réseau terroriste qui avait infiltré les services de sécurité kurdes, et qui était notamment responsable de l’attentat-suicide du 4 mai dernier qui a fait plus de 60 morts dans un centre de recrutement de policiers kurdes au coeur d’Erbil.

Le jeune Hosan a été kidnappé le 26 avril dans un magasin d’Erbil par des hommes qui lui ont mis une cagoule sur la tête, l’ont baillonné, et lui ont lié les mains. Il a aussitôt été transporté dans une cache, et son père, appartenant à une riche famille kurde originaire de la région de Rania, dans le sud agricole du Kurdistan, a reçu une demande de rançon d’un million de dollars (750.000 Euros), qu’on lui demandait de transférer à Samarra, au coeur du pays sunnite irakien.

Quatre jours après son enlèvement, le jeune Hosan parvenait miraculeusement à échapper à ses ravisseurs. Faisant preuve d’un rare sang froid, il a réussi à s’enfuir, les mains toujours liées, par une petite fenêtre des toilettes de la maison où il était gardé, et qu’il avait réussi à désceller au cours de ses quatre jours de détention en demandant régulièrement à aller aux toilettes. Parvenu dans la rue, Hosan a arrêté un taxi, qui l’a conduit chez ses parents. Persuadé que ce jeune garçon qui avait les mains liées s’était échappé de… la prison, le chauffeur du taxi a alerté les services de sécurité !

En fait, le jeune Hosan a réussi à retrouver la maison où il était détenu, et l’a montrée aux policiers qui sont restés incrédules : la maison appartenait à un certain Diler… lieutenant de l"Asayesh", les services de sécurité kurdes ! Ce n’est qu’après quelques jours d’enquête que les policiers ont dû se rendre à l’évidence : Hosan avait bien été détenu dans la maison de cet agent des services de sécurité. Arrêté, Diler, passait vite aux aveux, permettant d’arrêter une soixantaine de personnes, jusque dans le personnel enseignant de l’université d’Erbil .

Nechirvan Barzani"Sans aucun doute, nous avons affaire à un dangereux gang qui avait réussi à infiltrer nos services de sécurité depuis 1995-1996", nous a déclaré Nechirvan Barzani, premier ministre du gouvernement régional du Kurdistan du Parti Démocratique du Kurdistan (PDK) à Erbil, confirmant les rumeurs difficilement croyables dont bruissait Erbil depuis plusieurs jours.

En fait il y avait deux réseaux, un réseau pour kidnapper des gens, et financer Ansar al Islam et Ansar al Sunna, composé d’agents infiltrés dans les services de sécurité, qui agissaient par cupidité, sans savoir forcément qu’ils travaillaient pour les islamistes: "N’importe qui fait n’importe quoi pour de l’argent", confie, désabusé, un intellectuel kurde.

Le véritable chef du réseau était un certain cheikh Zana, un homme d’affaires, propriétaire d’un supermarché à Erbil, qui avait monté un réseau islamiste parallèle, ultra-secret. "C’est un homme très habile et dangereux", nous a indiqué Nechirvan Barzani, "il était honorablement connu dans la société locale, il buvait de l’alcool, il avait la confiance des dirigeants kurdes -- il connaissait Kerim Sinjari, le ministre de l’intérieur -- et… il a rencontré Zarkaoui au moins une fois. Et pendant toutes ces années il n’a pas fait de faute !" Le premier jour, cheikh Zana a tenu tête aux enquêteurs, niant tout, mais confronté aux témoignages de ses complices, il a fini par avouer: il savait que les enquêteurs savaient tout.

Citadelle d'ErbilGrâce à ces confessions, les services de sécurité kurdes ont pu arrêter à Bagdad 4 membres d’Ansar al Sunna, trois Arabes et un Kurde, responsables de la préparation de l’attentat-suicide du 4 mai à Erbil. L’un d’eux a rédigé le texte de revendication de l’attentat. "Ces hommes ont été arrêtés par nos forces spéciales, nous avons le bras long, et cette fois-ci, nous avons décidé d’agir sans rien demander à personne. Nous allons partout, et nous le faisons nous mêmes", conclut Nechirvan Barzani, "quand il s’agit de la vie de nos concitoyens".

Les forces spéciales kurdes ont le bras long, mais c’est grâce au courage et à l’ingéniosité insoupçonnés d’un gamin de 15 ans que rien ne prédestinait à devenir un héros qu’elles ont pu démanteler ce dangereux réseau dont les responsables avaient réussi à donner le change aux plus fins limiers kurdes.

(Site Internet de RFI, 24 Mai 2005)

 

postmaster@chris-kutschera.com

ENGLISH

 

 

AFRICA-ASIA

EUROPE

KURDISTAN

MIDDLE-EAST

 

 

 

 

Nomades Kurdes

Tazié

Hafez al Assad

 

Saint-Maixent

 

Le Défi Kurde

 

Le defi Kurde en Persan

 

Kurt Ulusal Hareketi

 
Droits de Reproduction strictement réservés © Chris Kutschera 2012