CHRIS KUTSCHERA 40 ANS DE REPORTAGE (Textes et Photos)

www.Chris-Kutschera.com


KURDISTAN IRAK: Un Îlot de Prospérité

Sommaire

AFRIQUE

AMERIQUE

ASIE

EUROPE

FRANCE

KURDISTAN

MOYEN-ORIENT

ARCHIVES PHOTOS

 

Galerie Photos

 

Ahmet Altan

 

Portrait of Ghassemlou

A.R. Ghassemlou

vue de Hasankeyf

Hasankeyf

Cheverny, France

Kurdistan, Guide Littéraire

 

Livre Noir

 

soldats US a DohokLe contraste est saisissant: Mossoul, une mégapole de 1,7 million d’habitants, est en fait un immense village, avec quelques rares îlots dignes d’une grande ville. Sa saleté est repoussante. Ses voitures sont des tas de ferraille brinquebalante. Les façades des maisons sont décrépites. Les boutiques pauvrement achalandées... On a du mal à croire, en circulant dans les rues de cette ville lépreuse qu’il s’agit de la seconde ville de l’Irak, de la capitale du nord d’un grand pays pétrolier...

A quelques dizaines de kilomètres delà, Dohok, en pays kurde, est une vitrine de prospérité. Le supermarché Mazi, le plus grand supermarché de tout l’Irak avec ses 7.000 m2 de rayons, attire des clients de toutes les régions de l’Irak, et depuis six mois les soldats américains venus passer quelques jours de détente au Kurdistan -- le seul endroit en Irak où ils peuvent se promener tranquillement dans la rue en touristes sans risquer de se faire tuer. Le souk de Dohok regorge de marchandises. Sur le boulevard extérieur de Dohok, les opulentes demeures construites par les "hommes d’affaires" qui ont fait fortune dans la contrebande témoignent que ce fut longtemps une activité fort juteuse.

La Résolution 986

nouveau dinarDouze ans après la création par les Alliés de la guerre du Golfe, en avril 1991, de la "zone de sécurité" destinée à abriter les centaines de milliers de Kurdes qui avaient fui jusqu’aux frontières de la Turquie et de l’Iran, la région kurde, devenue peu à peu, de facto, un état semi-indépendant, avec son Parlement, et ses gouvernements kurdes, jouit d’une prospérité étonnante. Une prospérité paradoxale, qu’elle doit en partie à la contrebande, mais surtout à la résolution 986 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, la résolution "Pétrole pour Nourriture". Depuis fin 1995, entre 4 et 5 milliards de dollars, prélevés sur les recettes des exportations de pétrole de l’Irak, ont été dépensés sous la supervision directe des Nations Unies, en coopération avec les autorités kurdes, d’abord pour nourrir la population, et ensuite pour reconstruire les infrastructures. Le résultat est frappant: pour la première fois dans l’histoire de l’Irak, la région kurde est prospère, la région arabe misérable.

vieux dinars photocopie"Malgré les innombrables obstacles administratifs créés par le gouvernement de Bagdad, malgré la lourdeur de la bureaucratie onusienne, nous avons pu réhabiliter et construire de nombreuses infrastructures", souligne Sami AbderRahman, vice premier ministre du gouvernement kurde d’Erbil. "Nous avons reconstruit des centaines d’écoles, des hôpitaux, des centaines de kilomètres de routes, nous avons reboisé le Kurdistan. Avant 1995, il ne restait plus rien au Kurdistan. Nous avons prouvé que les Kurdes ne sont pas de mauvais hommes de gouvernement".

Un système économique libéral

Mais Sami AberRahman est le premier à reconnaître que la situation reste "précaire". Longtemps le symbole de la prospérité de la région kurde, le "dinar suisse", va être supprimé le 15 janvier, et remplacé par le "nouveau dinar", changé à un taux imposé par les Américains et défavorisant les Kurdes. Et les affairistes qui ont bâti des fortunes sur la contrebande sont désormais au chômage technique, depuis que les frontières sont ouvertes, et que les Américains ont supprimé les droits de douane. Même Haji Mashoud, le propriétaire du supermarché Mazi de Dohok, reconnaît que les règles du jeu ont changé: depuis la chute du régime de Saddam Hussain, la réunification de l’Irak, et l’ouverture des frontières, "n’importe qui peut aller en Turquie et ramener des marchandises pour sa petite boutique: ce n’est pas bon pour les grands magasins comme le mien". Et Haji Mashoud, qui a investi quelque 5 millions de dollars dans son supermarché, admet qu’il va devoir désormais investir dans de nouveaux domaines -- en particulier dans le tourisme. Cela ne l’empêche pas de superviser la construction de 3.000 m2 de nouvelles galeries commerciales à côté du supermarché Mazi...

A l’autre extrémité du Kurdistan, à Souleimania, souvent appelée la capitale intellectuelle du Kurdistan irakien, un homme d’affaires kurde dirigeant une entreprise de télécommunications, se montre lui aussi très optimiste: "Nous autres kurdes, nous avons été victimes pendant 12 ans d’un double embargo", rappelle-t-il, "celui des Nations Unies, et celui de Saddam Hussain. Mais pendant ce temps nous avons mis en place un système économique moderne, libéral, tandis que Saddam Hussain investissait tout l’argent du pétrole dans ses palais et les armes... Il ne restait au peuple irakien que des dinars photocopie, du papier monnaie sans valeur. Aujourd’hui, nous, les Kurdes, nous sommes prêts. Nous avons des plans de reconstruction d’un milliard de dollars pour la seule région de Souleimania. Nous allons construire un aéroport, et une voie ferrée reliant Kirkouk à Souleimania -- un projet ébauché avant la chute de la monarchie, et qui dort toujours dans les dossiers du Baas! Il y a quelques mois, un ouvrier était payé 40 dinars (3 Euros) par jour. Aujourd’hui on n’en trouve pas à 90 dinars (environ 7 Euros). Le temps des vraies affaires est arrivé".

(Site Internet de RFI, 28 Octobre 2003)

 

 

postmaster@chris-kutschera.com

ENGLISH

 

 

AFRICA-ASIA

EUROPE

KURDISTAN

MIDDLE-EAST

 

 

 

 

jeune Kurde

Nomades Kurdes

Ghardaia, Mzab

Ghardaia, Mzab

Roi Faycal

Fayçal d'Arabie

iles d'Aran

Iles d'Aran

 

Le Défi Kurde

 

 

couv 40

 

 

 
Droits de Reproduction strictement réservés © Chris Kutschera 2012