CHRIS KUTSCHERA 40 ANS DE REPORTAGE (Textes et Photos)

www.Chris-Kutschera.com


KURDISTAN de Turquie: Lutte armée ou bulletin de vote?

Sommaire

AFRIQUE

AMERIQUE

ASIE

EUROPE

FRANCE

KURDISTAN

MOYEN-ORIENT

ARCHIVES PHOTOS

Galerie Photos

 

Vue aérienne de Shibam au milieu du désert

Shibam, Yemen

 

Chah d'iran

Chah d'Iran

Orchestre d'Abou Dhabi au milieu des sables

Emirats Arabes Unis

Jeune femme élève sous-officier en tenue camouflée

France

couv 40

 

Mvt Kurde

Guide Litt

DCA du PKK tenue par des combattantes à ZaléJamais les dirigeants du PKK -- Abdoulla Ocalan moins que quiconque --  n’avaient imaginé que la Syrie pourrait les “lâcher” un jour comme l’Iran avait lâché, à deux reprises, les Kurdes irakiens: en 1975, après l’accord d’Alger entre le Chah d’Iran et Saddam Hussain, aux dépens du mouvement du général Barzani, qui avait dû s’exiler, en Iran d’abord, puis aux Etats-Unis, après l’effondrement de son mouvement de résistance; et à nouveau en 1988, après la signature du cessez le feu entre l’Iran et l’Irak, après huit ans de guerre, aux dépens du PDK de Massoud Barzani et de l’UPK de Jelal Talabani qui ne dûrent leur salut qu’à la “gaffe” majeure que commit Saddam Hussain en envahissant le Koweit le 2 août 1990: du jour au lendemain, l’allié de l’Occident devenait un ennemi diabolisé, et ses ennemis des gens très fréquentables...

Les Kurdes ne retiennent pas les leçons de l'histoire

Unités spéciales de l'armée turque équipées d'appareils de vision nocturneLes Kurdes n’ont pas d’histoire  -- en tout cas, ils n’en retiennent manifestement pas les leçons. Cela explique qu’Abdoulla Ocalan ait dû quitter la Syrie en 48 heures, sans avoir prévu que le général Assad pourrait un jour signer un accord avec la Turquie, et sans savoir où aller. Parti de Syrie le 9 octobre, il atterrit d’abord en Russie, où il passa un mois, hôte clandestin des amis ultranationalistes du LPD de Jirinowski, avant d’en être chassé par le gouvernement de Primakov soucieux de ne pas provoquer la colère de la Turquie. Arrivé le 12 novembre en Italie, Abdoulla Ocalan fut immédiatement arrêté, en vertu de deux mandats d’arrêt internationaux lancés par la justice allemande. Ocalan avait choisi ce pays de l’Europe méridionale parce que certains députés italiens lui avaient assuré qu’il y serait bien accueilli et qu’il pourrait forcer l’Union Européenne à mettre la question kurde à l’ordre du jour.

Combattants du PKK au rapport à ZaléL’Allemagne ayant renoncé à l’extrader pour ne pas importer le conflit kurde sur son territoire, où vit la plus importante diaspora turque et kurde d’Europe (1,5 million de Turcs, 500.000 Kurdes), et le gouvernement italien ne pouvant l’extrader en Turquie, où la peine de mort n’est pas abolie, Abdoulla Ocalan put croire pendant quelques jours qu’il avait réussi son pari.

Un hôte terriblement encombrant

Mais il devint très vite un hôte terriblement encombrant pour la coalition gouvernementale de Massimo d’Alema, soumise aux pressions des Etats-Unis, au chantage de la Turquie, et à une violente campagne de presse de l’opposition. Le Premier Ministre Massimo d’Alema se tourna alors vers ses partenaires de l’Union Européenne -- qui se gardèrent bien de manifester leur solidarité... Sa présence en Italie risquant de faire tomber son gouvernement, Massimo d’Alema exerça discrètement de telles pressions sur le chef kurde que celui-ci décida “de son plein grè” de partir d’Italie. Ce fut une nouvelle erreur -- fatale.

Jusqu’au dernier moment des diplomates et politiciens amis des Kurdes -- il y en a, mais très isolés dans leurs pays respectifs --  avaient tenté d’esquisser une “diplomatie du ping-pong”: pour soulager l’Italie, Abdoulla Ocalan serait parti dans un autre pays européen, où il ne serait resté que quelques semaines, avant de repartir dans un autre pays, pour ne pas susciter de trop fortes pressions sur chaque pays... Le problème, que personne ne put résoudre, fut de trouver le premier pays d’accueil: l’Autriche? La Suède? La Hollande? Partout ce fut le même refus. “Le drame”, dit un diplomate européen qui a tout fait pour trouver un pays d’accueil temporaire pour Abdoulla Ocalan, “c’est que nous n’avons plus de grands hommes d’Etat qui aient du cran, comme Mitterrand, Palme ou Kreisky. Tous se lavent les mains en disant: “Que ce Kurde aille n’importe où, mais pas chez moi”!

La suite est connue: le 16 janvier, le chef kurde part de Rome vers une destination inconnue: un aéroport près de Moscou. Il y reste jusqu’au 29 janvier. Il en repart vers l’aéroport de Minsk, en Biélorussie, d’où il devait prendre la direction de la Hollande. Sans succès. Il revient en Grèce le 31 janvier, et se pose à Corfou. Le 2 février, il part à Nairobi -- alors qu’il avait déclaré dans sa dernière interview qu’un “endroit comme l’Afrique serait dangereux pour nous”! Le 15 février, sa cavale se termine tragiquement, comme on pouvait hélas le prévoir: le chef kurde est enlevé par des commandos turcs et ramené en Turquie, où il va être jugé, et très probablement pendu.

La capture de l’homme qui a dirigé la lutte armée du PKK depuis quinze ans -- une guerre de basse intensité qui a fait plus de 30.000 morts -- amène à poser un certain nombre de questions sur la stratégie du mouvement kurde en Turquie: La lutte armée est-elle le bon moyen d’arracher ces droits que revendiquent les Kurdes? Ou ne vaudrait-il pas mieux se cantonner à la lutte politique?

Bilan de quinze ans de lutte armée

On peut faire plusieurs lectures du bilan de quinze années de lutte armée. La première, assez négative, ne prend en compte que les pertes subies par le peuple kurde de Turquie: un pays kurde dévasté, des milliers de villages détruits et vidés de leurs habitants, des millions de Kurdes chassés de chez eux, une génération sacrifiée, une régression culturelle terrible... Sur un plan strictement militaire, on peut se demander si la guérilla a encore un avenir contre des armées régulières équipées d’hélicoptères, de moyens de détection terriblement sophistiqués (lunettes à infrarouge, détection de sources de chaleur,etc) et d’armes meurtrières (roquettes, bombes de précision). Dans quelle mesure les montagnes, qui ont été pendant des siècles la meilleure arme des combattants kurdes, les protègent-elles encore des assauts de forces gouvernementales décidées à les anéantir?

On peut se demander si le PKK n’a pas répété l’erreur du général Barzani, et de tous les chefs kurdes: n’aurait-il pas dû depuis longtemps transplanter la lutte dans les villes - frapper l’adversaire chez lui, là où cela fait mal.

Et peut-on envisager une victoire sans le soutien d’un pays voisin? Autre question: dans quelle mesure des chefs militaires, accaparés par la gestion au jour le jour d’une résistance se battant dans des conditions très difficiles, ont-ils la capacité d’élaborer un projet de société? Les mouvements de lutte armée ne sont pas des pépinières de démocratie...

Une autre lecture, positive, consiste à rappeler que si Abdoulla Ocalan et ses camarades ne s’étaient pas lancés dans la lutte armée le 15 août 1984, la question kurde serait oubliée et les Kurdes de Turquie en voie d’assimilation...

Quelles ouvertures pour la lutte politique?

La lutte politique? l’interdiction systématique par les autorités d’Ankara de tous les partis politiques kurdes qui ont tenté de gagner la bataille des urnes en Turquie -- le HEP, le DEP, le HADEP, sur le point d’être dissous à son tour -- montre que cette voie est apparemment sans issue: c’est en tout cas ce que doivent penser Leyla Zana et les trois autres députés du DEP condamnés à quinze ans de prison et  emprisonnés depuis 1994... L’interdiction, fin février, du DKP de Sherafettin Elci, un petit parti kurde pourtant accusé par le PKK d’être un instrument du gouvernement, montre à quel point la voie politique est sans issue en Turquie.

Alors? Tout le dilemme des Kurdes est là: il leur faut se battre, les armes à la main, en sachant que ce combat est terriblement inégal, que la lutte armée n’est pas une fin en soi, et qu’il leur faut déposer les armes le plus vite possible au vestiaire de la société civile et laisser la place aux politiciens... en espérant qu’ils auront un jour la parole: le silence de la société civile turque ne le laisse guère espérer.

( Nouvelles d'Arménie, Avril 1999)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

postmaster@chris-kutschera.com


Droits de Reproduction strictement réservés © Chris Kutschera 2012

ENGLISH

 

 

AFRICA-ASIA

EUROPE

KURDISTAN

MIDDLE-EAST

 

 

 

Ecole coranique d'Umm Dubban

Soudan

 

Jeune acteur du Tazié jouant le rôle d'un fils de Moslem

Tazié, Iran

 

Baptême grec catholique à Damas

Syrie

 

Le lac d'Atitlan

Guatemala

 

Livre Noir

 

Defi Kurde

 

Mvt turc