CHRIS KUTSCHERA 40 ANS DE REPORTAGE (Textes et Photos)

www.Chris-Kutschera.com


SOUDAN: L'école coranique d'Umm Dubban

Sommaire

AFRIQUE

AMERIQUE

ASIE

EUROPE

FRANCE

KURDISTAN

MOYEN-ORIENT

ARCHIVES PHOTOS

Galerie Photos

 

Jeune femme élève sous-officier en tenue camouflée pendant un exercice

Saint-Maixent

Pétrolier au large d'Abou Dhabi sur fond de torchère

Golfe Persique

Dernière photo dOcalan en homme libre, Rome, 3 janvier 1999

A.Ocalan

 

Chah d'Iran

Chah d'Iran

Defi Kurde

Mvt Kurde

Prière du soir à l'école coranique d'Umm DubbanL’école d'Umm Dubban, située non loin des rives du Nil, à quelques heures de piste de Khartoum, la capitale, est un havre de paix.Historique: fondée au début du XIXe siècle par un saint homme, le cheikh Al Obeid Badr, l'école d'Umm Dubban accueille aujourd'hui environ 1.500 élèves venus de tout le Soudan, mais aussi d'autres pays comme le Nigeria, le Tchad, l'Erythrée, le Mali.

Le but des études: apprendre le Coran

L'àge minimum pour être admis: 5 ans, 5 mois, 5 jours.  

La durée des études: pas de limite; certains apprennentle Coran en 4 ans, d'autres mettent beaucoup plus de temps. Aussi trouve-t-on des élèves de tous les àges, mais la plupart des élèves ont entre 10 et 18 ans.

Coût des études: gratuit.

Les élèves sont habillés, nourris, logés et éduqués par le directeur de l'école, le cheikh (chef religieux) qui les prend entièrement en charge. Connu dans tout le Soudan, le cheikh reçoit la visite de nombreux fidèles qui viennent le consulter pour des problèmes physiques (maladies) ou psychologiques (avant un mariage, cas de possession,etc).

jeunes élèves apprenant par coeur des versets du CoranPourquoi les parents envoient-ils leurs enfants -- ici, uniquement des garçons -- à Umm Dubban, au lieu de les mettre dans une école du gouvernement? Parce que le cheikh est très respecté... parce que, dans ce pays en proie à la guerre et à la famine, l'avenir des enfants est assuré: ils sont nourris et logés; pour les parents très religieux, surtout ceux qui vivent à la campagne, en milieu traditionnel, rien ne vaut l'enseignement du livre saint, le Coran. Étudier à Umm Dubban, c'est échapper aux influences néfastes de la ville.

La vie à l'école

Lever à 3h du matin, et lecture du Coran jusqu'à 4h30. puis ablutions avant la prière de l'aube, à 5 h. À 5h30, à nouveau  lecture, enseignement jusqu'à 10 heures du matin. Premier repas, puis repos jusqu'à 12 h.

Dans la cour de l'école coranique, deux jeunes élèves devant le tronc d'un arbreLes études reprennent l'après-midi de 13h à 15h30. À 16h distribution de la nourriture, puis de nouveau lecture du Coran jusqu'à la prière du coucher du soleil.

La soirée commence en présence du cheikh, avec récitation de prières à la mémoire des cheikhs disparus. Un cercle se forme dansla grande cour, et tout le monde récite à haute voix les prières. À 20h30 les plus jeunes élèves peuvent aller se coucher; les plus âgés continueront de prier et étudier jusqu'à 23h30.

Et à 3h du matin la journée recommence.

La nourriture, distribuée 2 fois par jour, est frugale: de la bouillie de sorgho, mélangée avec de la sauce, et un peu de viande séchée.

Le jeudi et le vendredi: congé.

Les vacances: deux fois l'an, pendant le Ramadan, et deux mois plus tard, les étudiants ont 2 semaines de congé (mais les fils de paysans peuvent s'absenter au moment de la moisson pour aider leurs parents).

L'école d'Umm Dubban demeure le symbole de l'éducation traditionnelle: les châtiments corporels y sont toujours pratiqués. L'étudiant qui arrive en retard au cours ou qui récite mal ses versets du Coran peut recevoir des coups de badine.

Les fournitures scolaires sont les mêmes depuis des siècles: des planchettes en bois comme ardoises, des roseaux taillés comme crayons, et de l'encre fabriquée avec du noir de fumée. Seule concession au monde moderne: l'électricité, installée depuis peu. Avant, le soir, les étudiants faisaient cercle autour d'un grand feu et étudiaient à la lueur des flammes: ce feu existe toujours, et l’on ne le laisse pas s'éteindre...

Même les dortoirs, bâtis ou agrandis avec l'aide des élèves, sont construits avec des briques crues séchées au soleil comme cela se fait depuis l'Antiquité.

Quand, après plusieurs années d'étude, l'élève retournera dans son village, il sera respecté de tous car il saura lire et réciter le livre sacré des musulmans: le Coran. À son tour il pourra l'enseigner à des enfants dans les régions les plus reculées du pays.

(Sciences et Vie Junior, N° 45, Février 1993)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

postmaster@chris-kutschera.com


Droits de Reproduction strictement réservés © Chris Kutschera 2012

ENGLISH

 

 

AFRICA-ASIA

EUROPE

KURDISTAN

MIDDLE-EAST

 

 

 

jeune fille se préparant à sortit avec son voile

20 ans en Iran

 

Qazi Mohammed

Qazi Mohammed

 

Rechit, gréviste de la faim par solidarité, avec son bandeau rouge

Grève de la faim en Turquie

 

couv 40

 

Livre Noir