CHRIS KUTSCHERA 40 ANS DE REPORTAGE (Textes et Photos)

www.Chris-Kutschera.com


IRAK: La Pendaison de Saddam Hussein, une énorme frustration

Sommaire

AFRIQUE

AMERIQUE

ASIE

EUROPE

FRANCE

KURDISTAN

MOYEN-ORIENT

ARCHIVES PHOTOS

Galerie Photos

 

 

Habitant des marais dirigeant sa pirogue

les marais d'Irak

 

Falaise tombant à pic dans la mer

Iles d'Aran

 

Portrait de Yachar Kemal dans son jardin

Yachar Kemal

 

jeune omanaise de l'école de police

Oman

 

 

Le Mouvement National Kurde

 

Kurdistan, Guide Littéraire

Kurt Ulusal Harekeri

 

Saddam HusseinNe me demandez pas de pleurer sur la mort de Saddam Hussein. Peu de tyrans ont répandu autant de sang. Et quoi qu'on en dise, sa disparition lève l’hypothèque d’un éventuel retour au pouvoir, rêve fou qui entretenait la flamme de ses partisans.

Je n’épiloguerai pas sur la façon dont se sont déroulés ses procès: nous avons été les premiers à demander avec André Poupart dans le "Livre Noir de Saddam Hussein" (OH Editions, Paris) un procès juste et équitable, avec un tribunal impartial. C’était sans doute trop demander dans un pays en proie à une guerre civile. Comment la justice peut-elle s’exercer sereinement quand le chaos et l’anarchie règnent aux abords du prétoire ?

Mais je ne cacherai pas mon énorme frustration en voyant disparaître Saddam Hussein sans que ses procès, aussi imparfaits fussent-ils, se déroulent jusqu’au bout -- et en particulier son deuxième procès, pour la campagne de l’Anfal au Kurdistan en 1988, qui aurait dû le faire condamner pour génocide.

Certes, au cours de ce deuxième procès, interrompu arbitrairement par l’exécution précipitée de Saddam Hussein, des témoins ont raconté comment les paysans kurdes ont été bombardés en 1987-1988 avec des gaz par l’armée irakienne. Certes, l’accusation a montré des documents incriminant directement Saddam Hussein et ses acolytes. Mais l’Anfal a été banalisée, et l’accusation n’a pas montré, comme nous l’avons fait dans le "Livre Noir", comment Saddam Hussein et Ali Hassan al Majid ont systématiquement préparé, planifié et organisé l’extermination d’une large fraction du peuple kurde dans le cadre d’une campagne qui s’est échelonnée sur plusieurs mois et a fait, estime-t-on, 180.000 victimes, hommes, femmes et enfants kurdes, avec l’intention de détruire ce groupe ethnique, ce qui relève du crime de génocide.

Les questions qui n’ont pas été posées à Saddam Hussein

Saddam Hussein s’est défendu dans son premier procès, l’affaire de Doujeil, en déclarant qu’il est normal que les auteurs d’un attentat contre un chef d’état soient jugés, et éventuellement exécutés. J’aurais aimé que ses juges lui demandent pourquoi il a procédé à un châtiment collectif, faisant exécuter 148 villageois de Doujail, qui pour la plupart n’avaient pas participé à cet attentat, et en particulier l’un d’eux qui était… en prison au moment des faits.

Saddam & KossyguineSaddam Hussein a également "justifié" sa campagne de l’Anfal contre les Kurdes en disant que les chefs kurdes avaient "trahi" leur patrie en danger en s’alliant aux Iraniens. Ma frustration est énorme, car j’aurais voulu que l’on montre à Saddam Hussein ces photos insoutenables de charniers dans lesquels sont enchevêtrés les restes d’hommes, femmes et enfants kurdes, et qu’on lui demande "De quoi sont-ils coupables? En quoi sont-ils coupables du comportement politique des chefs de la résistance kurde" ? De quoi étaient coupables les 5.000 habitants kurdes de Halabja assassinés avec des bombes chimiques le 16 mars 1988 ?

La même question se pose pour les quelque 300.000 victimes chiites de la répression du soulèvement dans le sud chiite de l’Irak en mars 1991. Et pour les dizaines de milliers de Kurdes "faylis" (chiites) victimes de plusieurs campagnes de déportation pour la seule raison qu’ils étaient soi-disant d’origine étrangère. Et pour les centaines de milliers d’Irakiens, sunnites et chiites, victimes d’arrestations arbitraires, de tortures, d’exécutions sommaires pour faire partie d’une "opposition" hypothétique.

Pourquoi Saddam Hussein a-t-il envahi l’Iran le 20 Septembre 1980, déclenchant un conflit meurtrier qui a fait des centaines de milliers de victimes dans les deux camps ? Et comment justifie-t-il le recours systématique aux armes chimiques contre les forces iraniennes, et à plusieurs reprises, contre des civils iraniens, notamment à Sardacht en 1987?

Portrait de SaddamQu’avaient donc fait les Koweitiens pour mériter l’invasion du 2 août 1990 ? De quoi étaient coupables les 600 otages koweitiens qui ont disparu dans les prisons irakiennes ?

En apprenant que Saddam Hussein a disparu de la scène, je ne peux pas, enfin, cacher mon énorme frustration de ne pas l’avoir vu révéler, ou confirmer, qui étaient ses complices, à l’Est et à l’Ouest, qui l’a aidé à fabriquer ses armes chimiques et biologiques de destruction massive, qui l’a aidé à tenter de fabriquer une bombe atomique, quels sont, enfin, les complices qui lui ont permis de rester si longtemps au pouvoir.

Le destin a permis à Pinochet d’échapper à un procès et de ne pas répondre de ses crimes devant un tribunal. Les exécuteurs de Bagdad ont délibérément torpillé celui de Saddam Hussein mais le dictateur irakien n’échappera pas au jugement de l’Histoire.

(La Presse, Montréal, 30 Décembre 2006)

 

 

postmaster@chris-kutschera.com

ENGLISH

 

AFRICA-ASIA

EUROPE

KURDISTAN

MIDDLE-EAST

 

Très jeune enfant victime de la famine

Ethiopie, famine

Le général Pinochet en uniforme blanc avec Videla

Videla et Pinochet

 

Odeil, fils de Saddam Hussain, à l'école, 1972

Odei, fils de Saddam H.

 

Portrait du Roi Fayçal

Roi Fayçal

Livre Noir

 

Le Défi Kurde

 

couv 40

De Koerden

Le Defi Kurde en Persan

 
Droits de Reproduction strictement réservés © Chris Kutschera 2012