CHRIS KUTSCHERA 40 ANS DE REPORTAGE (Textes et Photos)

www.Chris-Kutschera.com


QATAR: Visite de l'Emir Khalifah à Paris

Sommaire

AFRIQUE

AMERIQUE

ASIE

EUROPE

FRANCE

KURDISTAN

MOYEN-ORIENT

ARCHIVES PHOTOS

 

Galerie Photos

Ocalan

Abdoulla Ocalan

Qabous

Sultan Qabous Oman

Peinture de Rostam

Rostam Aghala

Yilmaz Guney

Yilmaz Guney

Kurdistan, Guide Littéraire

 

 

émir KhalifaAccueilli hier à sa descente d'avion par le présidnt Giscard d'Estaing, avec qui il a eu un entretien dans le courant de l'après midi, le cheikh Khalifa ibn al Thani, émir de Qatar est en France pour une visite officielle de 48 heures. Après un second tête à tête aujourd'hui avec le chef de l'Etat français, il quittera demain Paris pout le nord de la France où il effectuera une visite privée de quelques jours avant de regagner son pays.

Contrairement à son prédécesseur et cousin, l'émir Ahmed, qui s'intéressait si peu aux affaires internationales qu'il proclama l'indépendance de l'émirat de Qatar à ... Genève, le 3 septembre 1971,l'émir Khalifa al Thani, sixième du nom, manifesta dès le début son intention d'ouvrir son émirat - jusqu'alors chasse gardée britannique - au monde extérieur.

Et quelques semaines après le coup d'Etat 'à blanc' du 22 février 1972 qui lui permit de monter sur un trône qui lui revenait de droit, il établit des relations diplomatiques avec une dizaine de pays, dont la France, en envoyant dès juillet 1972 un ambassadeur résident à Paris.

Deuis lors les relations franco-qatari n'ont cessé de se développer, l'émir Khalifa faisant un voyage un voyage privé à Paris en juillet 1974 où il fut reçu par le président Valéry Giscard d'Estaing - et M. Norbert Segard signant à Doha le 15 décembre 1974 les premiers accords économiques et financiers franco-qatari.

La France et le Golfe Persique

"Visite protocolaire, visite sans histoire", assure-ton au Quai d'Orsay. En fait cette très brève visite s'inscrit dans le cadre de la politique française dans le Golfe Persique. Survenant après celle de l'émir Sabah al Sabah de Koweit (e(n mai dernier) et celle de cheikh Zayed d'Abou Dhabi (en juillet) et avant elle de l'émir de Bahrain, elle traduit le désir du gouvernement français d'affirmer sa présence dans une région stratégique d'où il avait longtemps été évincé par la Grande Bretagne, et de développer ses relations avec les cheikhs et émirs producteurs de pétrole du Golfe Persique - à l'exclusion du Sultan Qabbous d'Oman, malade de la guerre du Dhofar.

Le Poids

Péninsule plate et désertique de 10.OOO km2, au climat torride en été, l'émirat de Qatar est un pays ingrat, qui vécut longtemps replié sur lui-même.

Mais avec une production pétrolière qui devrait atteindre 27 millions de tonnes en 1975 - et environ deux milliards de dollars pour une population de quelque 100.000 habitants - cheikh Khalifah al Thani est aujourd'hui un interlocuteur de poids... et un investisseur révéré.

Gérant son émirat avec la froide logique d'un businessman diplômé de la Harvard Business School, cheikh Khalifah, qui n'oublie pas que les réserves pétrolières de son émirat sont limitées - 15 à 20 ans - est résolu à diversifier au maximum l'économie de son pays en participant à tous les niveaux à l'exploitation du pétrole.

De Qatar à Dunkerque

Après avoir signé en juin 1974 un accord portant sur la construction à Qatar d'un complexe pétrochimique d'un milliard de francs (lourds) financé et exploité par la QAPCO (Qatar Petroleum Co.) dont le capital est à 80% qatari et à 20% français (Charbonnages de France Chimie et Gaz-océan), Qatar a conclu avec la France, le 3 avril dernier, un accord portant sur la construction d'un second complexe pétrochimique, de 2 milliards de francs.

Financé et exploité par la COPENOR (Compagnie pétrochimique du Nord) dont le capital està 60% français (C.D.F) et 40% qatari, ce compexe pétrochimique sera édifié, cette fois, à ... Dunkerque, fief de M. Norbert Segard.

Un 'Geste' pour les Palestiniens

Sur le plan politique, les discussions entre l'émir de Qatar et ses hôtes pétrolefrançais devraient se dérouler sans écueil. Peut-être, l'émir, qui est accompagné par son fils, cheikh Abdel Aziz, ministre des finances et du pétrole, évoquera-t-il la délicate question de la diminution très marquée des importations françaises de pétrole en provenance de Qatar - un million de tonnes en 1975, contre 3 millions de tonnes l'année dernière.

Mais cette quetsion relève - théoriquement - du domaine privé des compagnies pétrolières, qui cherchent à 'casser' l'OPEP, en s'attaquant aux 'petits' producteurs comme Qatar ou Abou Dhabi. Et rien ne devrait troubler ce tour d'horizon des relations franco-qatari et franco-arabes, d'autant plus que le gouvernement français, qui a reçu récemment un émissaire de l'OLP, devrait faire prochainement un 'geste' à l'égard des Palestiniens.


Quotidien de Paris, 28 octobre 1975 )


 

 

postmaster@chris-kutschera.com

ENGLISH

 

 

AFRICA-ASIA

EUROPE

KURDISTAN

MIDDLE-EAST

 

 

fillette ouzbek

Ouzbekistan

Marjane Satrapi

Marjane Satrapi

 

Homme blanc

Jérôme Mesnager

 

Mosquées d'Irak

Le Défi Kurde

 

 

couv 40

 
Droits de Reproduction strictement réservés © Chris Kutschera 2012