CHRIS KUTSCHERA 40 ANS DE REPORTAGE (Textes et Photos)

www.Chris-Kutschera.com


FRANCE: Nemo, un artiste anonyme dans la rue

Sommaire

AFRIQUE

AMERIQUE

ASIE

EUROPE

FRANCE

KURDISTAN

MOYEN-ORIENT

ARCHIVES PHOTOS

Banque Photos

Galerie Photos

 

Jeune homme apprenant le syriaque

Chrétiens, Turquie

 

A.R. Ghassemlou

A.R. Ghassemlou

 

Isayas

Isayas Afewerki

Yachar Kemal

Yachar Kemal

Guidelitt

 

Nemo enseignant l'art du pochoir“Les Murs murés sont atroces... Ce n’est pas drôle de vivre dans un quartier comme ça. Pourquoi ne pas permettre de peindre ces murs, le temps que dure la rénovation, ou ... jusqu’à la destruction?” NEMO n’a rien d’un dangereux anarchiste. De tous les artistes qui protestent contre la destruction de Paris, c’est de loin le plus rangé: frôlant la cinquantaine, NEMO exerce la profession d’informaticien; ingénieur, il travaille dans une grande administration et mène la vie d’un bourgeois tranquille -- à ceci près qu’il a une passion: le pochoir! Il faut le voir raconter, avec la gourmandise de quelqu’un qui se souvient d’un bon petit plat ou d’une bouteille exceptionnelle, comment il vient de bomber une surface parfaite, rue des Cascades ou rue de l’Ermitage!

Ses personnages, un homme en noir, jouant avec un fusil, une canne à pêche ou un parapluie, et le petit NEMO (du “Little Nemo” de Winsor McCay), hantent les murs du 20°: ils apparaissent soudain, au détour d’une rue, sur un mur lépreux, sur une porte condamnée ou une fenêtre murée, créant une étonnante atmosphère de poésie et de rêve dans cet arrondissement qui est en train d’être massacré: “Je reste dans le 20°, j’ai fillette posant devant l'homme noir au parapluie rougebeaucoup de mal à franchir le boulevard... j’habite le quartier depuis 20 ans, je connais par cœur Ménilmontant, la travailleuse, et Belleville, le quartier du commerce et de l’amusement: après avoir travaillé à Ménilmontant, on allait boire et jouer aux boules à Belleville et faire la fête dans ses cabarets et ses théâtres ”. NEMO a commencé à bomber il y a 14 ans, son petit personnage, avec des animaux, des tigres, des oiseaux, des ballons, un peu n’importe où, sur les murs des écoles et ailleurs.

Un solitaire

NEMO est un solitaire, qui ne recherche pas le contact avec ses “collègues” de pochoir ni avec les journalistes, et qui accepte difficilement d’être photographié. Il est, il l’admet, un “égocentrique très solitaire”, mais un solitaire qui veut communiquer avec les gens: “Je veux établir un lien de familiarité avec les gens du quartier, leur montrer que ce je fais n’est pas agressif. C’est vrai, descendre dans la rue, s’exprimer ainsi sans demander l’autorisation, c’est violent, par définition; mais moi, je le fais de jour; je ne veux pas me placer dans une histoire dure par rapport aux flics: s’ils arrivent, ils passent, ils me laissent faire: je ne bombe pas les homme noir avec parapluie rougemurs des gens, je ne bombe que sur les murs condamnés! ce que je souhaite, c’est que les gens du quartier fassent le maximum d’interprétations; s’ils m’interrogent, je discute avec eux”... Il a découvert, un peu en dehors de son “territoire”, porte d’Aubervilliers, sur les boulevards extérieurs, un mur immense, à l’emplacement où se dressait l’hôpital Claude Bernard: il n’arrête pas de bomber son personnage sur ce mur: “cela fait quatre fois que je peins mon personnage, et quatre fois qu’il est badigeonné, “karchérisé”: il doit avoir créé un lien de familiarité avec les gens qui passent là tous les jours, en voiture ou en autobus: ils doivent se dire: “oh, c’est dommage, il a été badigeonné”... et puis un jour, hop, il reparaît”.

Les réactions des passants sont parfois mitigées: NEMO faisait un pochoir dans une cour intérieure de la rue de Belleville -- la plus belle cour du quartier, selon lui -- quand une vieille femme l’a apostrophé en lui disant: “Vivement qu’ils rasent tout ça! J’en ai marre... Vous allez faire durer les choses”.

NEMO n’est pas du tout un asocial: il a une grande admiration pour son père, qui a travaillé toute sa vie comme employé de la Sécurité Sociale, et qui le soir recevait chez lui les étrangers qui avaient des problèmes pour les aider à constituer leur dossier. Il comprend les réactions des gens: “C’est vrai, dit-il, si les squatters arrivent, et s’ils commencent à dealer avec des drogues dures, c’est infernal: ils se shootent et balancent les seringues dans la cour de l’école maternelle voisine: ce n’est pas tolérable! Si les squatters ne dealaient pas, je ne serais pas contre”.

NEMO est plein de projets: il rêve de gros animaux peints au pochoir, des hippopotames et des rhinocéros ou des zèbres... Il rêve aussi de monter plus haut sur les murs... Il est allé passer des vacances en Colombie, et se voit déjà en train de bomber les murs de Bogota! Il a travaillé un certain temps avec un ami peintre, RAMZI, un Tunisien: “J’en ai marre des afficheurs; c’est vrai, ils sont payés pour ça, et ils collent  n’importe où leurs affiches politiques ou leurs affiches de concerts: si je m’installe quelque part, en me disant: “Tiens cet endroit-là est vachement beau”, ils viennent après moi!” La colère l’a décidé à travailler à deux: “On a fait avec RAMZI une série d’affiches, sur le thème “défense d’afficher”! Il peint et calligraphie, je bombe, et c’est décliné dans toutes les langues de Belleville, le Français et l’Arabe, le Kurde, le Turc et le Laotien: on en a compté dix-sept!” Aujourd’hui, Nemo travaille avec Mesnager: son Homme Noir a rencontré le petit bonhomme blanc -- une rencontre qui a provoqué de superbes créations! Bourré de talent, NEMO a un oeil extraordinaire et détecte immédiatement le profit qu’il peut tirer d’un mur lépreux: la silhouette de son Homme Noir se répand sur tout Belleville et Ménilmontant, signalant tous les immeubles condamnés. Parmi tous les artistes travaillant sur les murs de Paris, il est le plus pur: il ne gagne pas d’argent avec ses oeuvres, et il sait qu’elles disparaîtront irrémédiablement quand le dernier vieux mur tombera sous les coups des bulldozers...

(Nova Magazine, Mars 1996)

 

 

 

 

 

 

 

postmaster@chris-kutschera.com

ENGLISH

 

 

 

 

AFRICA-ASIA

EUROPE

KURDISTAN

MIDDLE-EAST

 

 

 

 

 

Samarcande

Samarcande

 

Yilmaz Guney, France

Yilmaz Guney

 

Chateau de Cheverny

Cheverny, France

 

Ahmet Altan

Ahmet Altan

 

couv 40

 

 

 
Droits de Reproduction strictement réservés © Chris Kutschera 2012